Humeurs

Mincir mais à quel prix ?

Petit article un peu coup de gueule pour vous raconter la suite de mes aventures d’intolérance alimentaires et d’envie de perte de poids…

Une fois mes résultats reçus, j’ai donc pris RDV chez une nutritionniste auprès de laquelle j’espérais trouver quelques réponses et solutions. Et pour voir comment perdre les 3-4 kg de trop qui m’énervent en ce moment.

Premier RDV, OK : on parle beaucoup. Je lui raconte ma « routine » alimentaire et sportive. Pour anticiper,  cela faisait quelques jours que je consigne dans l’app My Fitness Pal ce que je mange et mon activité physique. (Je me suis d’ailleurs rendue compte que j’étais déjà en dessous de l’objectif des 1380 calories quotidiennes fixées par l’app pour perdre 0,5 kg par semaine et que je consomme en semaine près de 600 calories rien qu’en faisant du sport – en gros, y’a peut-être un truc qui cloche… ) J’évoque aussi mes antécédents d’anorexie – important, il me semble. Et bien sûr, on fait le point sur mes intolérances alimentaires.

Je sors assez en confiance en attendant le RDV de la semaine suivante.

Sauf que là, ça devient plus compliqué. Avant toute chose, elle commence par me montrer le programme alimentaire « sur-mesure » qu’elle a conçu. En le voyant, j’hallucine :

Sans titre

1 : Pourquoi des substituts de repas ??? (Energy Diet (ED) en bleu) . Je ne veux pas manger des trucs chimiques mais de la vraie nourriture, moi !

2: Je tique sur les portions de féculents, en particulier le midi alors que j’ai fait du sport le matin (le poids indiqué est pour des féculents cuits : il faut diviser par 4 pour le pour le poids cru). Si encore, elle misait sur le Paléo, mais là, on dirait du Dukan édulcoré pour pas faire flipper.  Ça me déprime d’avance.

3 : Je n’ai pas envie de peser TOUT ce que je mange : je sens déjà mes vieux démons refaire surface.

4: Les produits laitiers et les amandes font partie des aliments dont je ferais bien de m’abstenir un moment : que font-ils là ? Et puis jusqu’à 4 (!!!) yaourts au soja par jour, c’est le meilleur moyen de développer une nouvelle intolérance.

Bref, j’hallucine passablement en voyant ça,  lui fait la remarque et lui rappelle brièvement ce que je lui ai dit lors de notre premier rendez-vous . Réponse : « Essayez, ce n’est pas compliqué ». Merci, c’est cool mais je n’ai pas envie de me rendre malade, ni de tomber dans les pommes !

Bref dans ma tête, c’est déjà tout vu. Je vais faire ça à ma sauce – et ne plus remettre les pieds dans ce cabinet où le soi disant programme personnalisé est en fait du copier-coller en copinage avec une marque de produits régime…

diet-food-making-sad
Vraiment ?

On continue la séance avec pesée et mesures. Mon IMC est raisonnable : 21 et sans surprise, mon taux de masse musculaire assez important et pas mal de rétention d’eau. En voyant en sous-vêtements, la nutritionniste me fait la remarque qui tue : vous êtes normale mais là, je vois bien les 3-4 kg qui vous embêtent. D’un coup, je me sens obèse. Je mets mon énervement de côté.

Enfin, le truc le plus intéressant de la visite : l’Oligoscan. C’est une technique assez innovante et non invasive qui permet de détecter des carences, de faire le point sur le stress oxydatif et le profil minceur. Il suffit au praticien de placer l’appareil à différents points de la paume de la main et le bilan sort immédiatement. Verdict : carence en magnésium et iode, stress oxydatif plus qu’acceptable et grosse tendance à la cellulite aqueuse (ça, j’avais remarqué ;)).

Bon au moins je sais quelles carences combler (en plus du fer qui était criante sur mes derniers examens de sang). Et puis, elle m’indique des compléments à prendre pour réparer mon petit bidon mis à mal par les intolérances. Ça, je suis preneuse ! Au moins, je ne suis pas venue pour rien !

Je quitte le cabinet sans reprendre rendez-vous. Passablement agacée par le manque d’écoute et la culpabilisation.

Pour le moment, je n’ai pas changé grand chose à mon alimentation. Trop la trouille de replonger dans les TCA. Trop peur aussi de nuire à ma santé et d’aller à l’encontre de mon envie de bébé.

Je suis juste un peu plus vigilante à l’index glycémique des aliments et j’essaie de ne pas manger plus qu’à ma faim.

Mais, comme une amie Twitter me l’a suggéré, peut-être qu’il faut tout revoir. Peut-être que je ne mange naturellement pas assez et que mon métabolisme s’est mis en mode survie et stocke tout. Il faudrait alors tout remettre à plat. Je n’ose pas trop faire de tests pour le moment…

J’ai pu enfin reprendre ma routine sportive de 5 séances d’une heure trente (mixant cardio et renfo) par semaine . Ça fait du bien au moral !

Next steps : RDV chez l’allergologue puis chez une nutritionniste spécialiste des sportifs et des TCA et séances régulières chez ma super ostéo-psy pour bosser  sur ce qui me bloque et m’empêche de me sentir bien telle que je suis.

L’idée ? Me sentir globalement mieux physiquement et moralement. (et non pas me rendre malade et dépressive pour perdre 3 p*** de kilos)

Ça tient un peu du parcours du combattant mais let’s go !

Merci à Jess qui a pris le temps de discuter avec moi et partagé son expérience à Isa pour ses remarques bienveillantes, et bien sûr à mon amoureux pour qui mes pétages de plombs ne sont pas faciles à vivre !

2 Comment

  1. Je me permets de laisser un commentaire pas forcément pertinent mais en lisant aussi l’article suivant je me dis que peut être, ça pourrait être une piste…
    J’ai des soucis de santé particuliers et je passe mon temps à chercher comment améliorer mon quotidien et mettant l’accent sur mon alimentation (parce qu’elle impacte directement mon état général) et j’ai donc testé la spiruline.
    En dehors du fait que c’est un concentré de protéines et d’un paquet d’oligo-éléments (fer, magnésium..) et que c’est toujours plus facile de maigrir quand notre corps ne manque de rien à ce niveau-là, elle a aussi une action potentiellement détoxifiante. J’ai lu que parfois certains kilos en trop (de graisse donc) étaient dus à un trop grande quantité de toxines dans le corps, qu’il peine à éliminer et qu’il stocke du coup, loin dans des tissus adipeux auquel il ne touche plus, histoire d’éloigner toutes ces toxines du fonctionnement quotidien.
    Dans mon cas, ces kilo accumulés à cause de mes soucis de santé ont fondu (presque) tous seuls (et je me suis mise à bronzer aussi^^) quand je me suis mise à en prendre à « hautes doses ». C’est à dire que je la prends en cachets (comme des compléments alimentaires, ça se trouve magasins bio), en cures de plusieurs semaine, jusqu’au maximum qu’il conseillent d’en prendre par jour. Par contre selon sa propre sensibilité, il est conseillé d’augmenter graduellement les doses pour ne pas risquer de détoxifier trop brutalement.
    Donc peut être que dans ton cas ça pourrait aider ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *