Humeurs

Étudiante à temps partiel pour l’année

J’avais prévu de vous parler avant la fin du mois de quelques mythes concernant le sport et la santé. Mais je vais clairement être en retard… Vous l’aurez remarqué, depuis quelques mois, je m’attache à me documenter (beaucoup) avant d’écrire et à sourcer mes références. Et ça, ça prend beaucoup plus de temps que de rédiger un billet d’humeur.

J’aimerais publier de manière au moins hebdomadaire mais il y a la travail, la vie et en cette fin de mois, je m’engage dans un DU information et journalisme médical. Eh oui, à 35 ans je vais retrouver les bancs de la fac et les joies des TD.

Reprendre des études a été pour moi un choix un peu compliqué. Ça casse le rythme du travail, ça force à se remettre en question, ça ajoute des choses à faire et à penser dans un planning déjà chargé. Toutefois, ça faisait un moment que j’y pensais. Depuis des années, j’écris pour mes clients sur les thèmes de la santé, du bien-être et de la forme. Parce que ce sont des sujets qui me passionnent. Parce qu’il y aussi un réel besoin d’information de la part des internautes. Parce qu’aussi, je suis une patiente qui aime à chercher des compléments sur le net.

Mais qui suis-je avec mon bagage littéraire pour parler santé sans dire trop de conneries ? Il me semble que lire beaucoup en cherchant des sources fiables et avec un regard critique n’est pas suffisant pour construire une information de qualité et qu’il y a des domaines où un background et une méthodologie sont nécessaires.

En tant que rédactrice web, j’ai souvent, sur les demandes des clients, écrit des articles où je parlais détox, jus de citron et cru, où je vantais les mérites de telle ou telle pratique « alternative« à l’efficacité discutable. Je n’y croyais pas franchement mais je suivais la tendance de ce que les gens ont envie de lire et de ce qui est largement diffusé dans nombre de magazines féminins.

Aujourd’hui, j’ai besoin de travailler en adéquation avec mes principes et d’œuvrer à proposer une information de qualité et fiable. Ici, bien sûr, je m’y efforce, mais aussi dans mon travail. On ne rigole pas avec notre santé physique et mentale et même si l’on ne parle « que » de bien-être et de prévention même si c’est bon en matière de SEO ^^.

J’attends de cette formation qu’elle m’apporte davantage de savoir-faire pour traiter de l’information santé et être plus à même de vulgariser (ce n’est pas un gros mot) des informations médicales. C’est con, mais je ressens là dedans comme une espèce de vocation. Je me dis qu’on ne sera jamais trop pour ce job – quoique le marché de l’emploi puisse en dire le contraire… Ou du moins un forme d’engagement.

Ce DU apportera sans doute quelques changements dans ma « carrière » quoi que je n’ai pas de véritable projet de (ré)-orientation. Il ne s’agit, en effet, pas d’une vraie reconversion mais plutôt d’une affirmation, d’une spécialisation, d’un changement de perspective plutôt salvateur après plusieurs années de pratique. Je souhaite rester freelance et conjuguer rédaction et community management parce que j’adore ce que je fais actuellement. Et, quoiqu’il advienne, il y a des clients que je ne lâcherai pas même s’ils ne sont pas positionnés dans le domaine de la santé – parce que la variété, c’est bien aussi et que la qualité des rapports humains est tout aussi (sinon plus) importante que la thématique de la mission.

Ici, les changements ont déjà commencé et cela va se poursuivre. Je vais publier moins, mais mieux, en prenant autant de recul et de temps que nécessaire. J’ai beaucoup de thèmes d’articles en tête. J’ai envie de vous parler de sport et de santé, de santé au féminin, de nutrition, de vulgarisation scientifique, de douleur chronique, de médecine « connectée, de procréation ou encore de vulgarisation médicale. Les lecteurs du début me tourneront peut-être le dos laissant la place à d’autres. Pas grave. Je ne prétends pas au statut d’ « influenceuse », je ne me moque de mon nombre de vues ou d’abonnés.

Cette année, je serais étudiante au moins 3 jours par mois. Mon cahier est prêt, il n’y a plus qu’à …

Rendez-vous début février pour de nouveaux articles sur ce blog.

 

3 Comment

  1. Bon courage pour ce retour aux études, je suis dans cette situation et même si ce n’est pas facile au début c’est un vrai plaisir d’apprendre et de se remettre en question. Je te souhaite une bonne année scolaire ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *