Lu, vu, entendu

« Tout le monde descend » ou quand la vulgarisation scientifique se met en scène

Planète Terre 2017 : trois quart des américains ne sont pas convaincus par la théorie de Darwin et près de 9% des français sont créationnistes.

Des chiffres assez hallucinants, révélateurs d’un obscurantisme ambiant alimenté par une méconnaissance de la science et une méfiance envers celle-ci.

Pour contrer cet obscurantisme mais aussi pour nous expliquer cette fameuse théorie de Darwin souvent déformée ou malmenée, Marie-Charlotte Morin, docteur en biologie et passionnée par la vulgarisation (ce n’est pas un gros mot!) scientifique, monte sur les planches et nous prouve que l’on peut enthousiasmer une salle de spectacle en parlant d’évolution – mais aussi de terre plate, de métamorphoses de Pikachu, de Macron, de putasseries de girafes et de pénis de scarabée…

Dans un format hybride, entre exposé et duo comique où se mêlent science, actualité, dérision et humour noir, Marie-Charlotte Morin et Alexandre Taesch s’amusent avec intelligence et sarcasme à démonter les arguments des créationnistes.

Se pose bien sûr la question des religions et de l’athéisme. Il ne s’agit pas de mener une charge contre tous les croyants mais pour autant, et c’est assez salvateur, Marie-Charlotte Morin tacle clairement ceux qui croient durs comme fer que Dieu a crée le monde à son image et qui n’hésitent pas à bricoler avec les données scientifiques pour qu’elles servent leur credo. Nous, on jubile de voir leurs incohérences mises à nu. Effectivement, comment pourrait-il y avoir des végétaux avant le soleil ? Comment malgré les strates géologiques, la terre pourrait n’avoir que 6 000 ans ?

On en vient, même si ce n’est pas tout à fait le sujet, à nous interroger nous-mêmes sur la possibilité de croire en un dieu, quel qu’il soit, quand on adhère pleinement au Darwinisme. Entre croyances relevant de la foi et savoirs fondés sur sur la preuve, il y a sans doute un choix à faire…

Au delà d’attaquer le credo des ultras, un des enjeux de « Tout le monde descend » est de nous éclairer sur le sens véritable de la théorie de Darwin parce qu’il est vrai que si nous sommes beaucoup à adhérer à ses grands principes nous n’avons pas forcément toutes les cartes en main. En effet, à coups de simplifications – médiatiques ou scolaires, cette théorie est souvent mal comprise. La notion de hasard, par exemple, est régulièrement évincée et pourtant, ce hasard est assez génial parce qu’il n’a pas de limite – c’est peut-être ce qui nous effraie…  Il s’agit aussi de lutter contre les idées reçues :  non la nature n’est pas « bien faite » et ne déploie pas de « stratégie », non, le finalisme ne tient pas la route. Et non, nous ne descendons pas du singe.

Enfin, il y a aussi quelque chose de politique dans ce spectacle, parce que le darwinisme a aussi engendré le darwinisme social inventé par Herbert Spencer et qui prône la fin de toute protection sociale. Une dérive qui s’est conjuguée ensuite avec l’eugénisme et que, bien sûr, Marie-Charlotte Morin dénonce ouvertement – avec une petite pichenette en direction de Pierre Gattaz. Comme quoi la biologie peut aussi (et c’est tant mieux) sortir des labos pour amener à des réflexions sociétales !

« Tout le monde descend« , c’est 1h20 de vulgarisation scientifique – un art plus que difficile, et d’humour. De quoi nous remettre les idées en place, rire intelligemment et avoir sous le coude les arguments ad hoc pour débattre avec les obscurantistes de tout poil.

Je vous invite vivement à suivre les dates de la tournée sur le site du spectacle 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *