Pratique

Médecines non-conventionnelles, techniques minceur, produits bien-être et sophismes

Je continue cette petite série consacrée à l’esprit (auto)-critique et au bien-être avec un post sur les sophismes, bien courant dans les discours de certains praticiens en médecines non-conventionnelles mais aussi de revendeurs de produits ou de services à l’efficacité douteuse.

L’idée n’est pas de formuler une critique frontale mais d’aiguiser notre sens critique pour décortiquer ces discours et éviter de tomber dans le panneau.

Les sophismes sont des raisonnements trompeurs. D’apparence logiques, ils ne le sont en fait pas du tout et visent à convaincre en induisant en erreur à des fins rhétoriques.

Il existe une liste impressionnante de ces arguments fallacieux. Je vais ici en prendre quelques uns particulièrement présents dans le domaine des médecines non-conventionnelles et du bien-être que j’illustrerai avec des exemples tirés de sites web – on aurait pu aussi faire des analyses de discours, mais les sites web ont ceci d’intéressant que les sophismes peuvent être écrits mais aussi iconiques.

L’appel à la nature et les Fleurs de Bach

Le sophisme de l’appel à la nature nous dit en gros « c’est naturel, donc c’est bien« . S’il est peu utilisé dans le domaine du sport – à part peut-être dans des courants de type paléo-crossfit ou bien encore dans cet article, il est particulièrement présent dans les discours des médecines non conventionnelles tout comme dans les allégations de nombreux produits estampillés santé et forme.

Les Fleurs de Bach en sont un bon exemple. Voici le texte de présentation (« À propos ») du Laboratoire Famadem qui produit un grand nombre d’essences – mais aussi Sprays et bonbons que nous pouvons trouver en pharmacie.

Nous lisons là une jolie fable sans rien qui explique réellement le processus de fabrication complet des élixirs ni leur mode d’action. Mais les produits et la méthode sont naturels est relèvent ainsi du « bien », du « sain » , du « logique » sinon du « moral » par opposition à ce qui ne serait pas « naturel », “contre nature” et ainsi « anormal”,  “pathologique”, “immoral”, “illogique”1J’emprunte cette formulation à Richard Monvoisin http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article590#nb15. Difficile de négocier contre l’appel à la nature, n’est-ce pas ?

Et le texte descriptif du fameux « Spray Rescue »sur le site d’une pharmacie en ligne.

Là, après une démonstration un peu ésotérique pour les non-avertis et mise au fictionnel (« Dans le monde des fleurs« ) ou au conditionnel (« pensait« ) , le naturel devient superlatif : « 100% naturelles » et même « hyper naturel » comme si « naturel » ne suffisait pas .

Comment résister à une bien belle histoire de fleurs et à des produits naturels qui « aident » par un processus dont on ignore ici le fonctionnement à remplacer nos émotions négatives par des émotions positives, le tout sans effets secondaires ?

Dans un autre domaine, celui des compléments alimentaires et autres produits diet, la marque Herbalife. Attention, c’est plus pernicieux : ici, le nom et le logo sont en eux-mêmes des appels à la nature :

Même si rien dans leur argumentation ne se réfère à la nature (ce qui serait, pour le coup un véritable mensonge), cette iconographie laisse à penser que leurs produits sont le plus brut possible (quelques ingrédients tout au plus) et on est bien surpris de découvrir leur composition – voici celle d’un shake de « Formula 1 » par exemple :

L’appel à la nature sera, à l’évidence, l’objet unique d’un prochain article tant il y a à dire…

L’appel à la tradition (Argumentum ad antiquitatem) et l’acupuncture

Cette erreur de raisonnement consiste à affirmer qu’une pratique ou croyance est justifiable uniquement parce qu’elle remonte à loin dans l’histoire. C’est l’argument utilisé par nombreux praticiens en médecines non conventionnelles traditionnelles ou inspirées par la « tradition » souvent orientale (acupuncture, réflexologie, etc…)

Quelques exemples tirés de pages d’acupuncteurs2Je tiens à signaler que TOUS les acupuncteurs ne tiennent pas ce type de discours fallacieux :

Le dernier texte est particulièrement éloquent. En gros:  « ne me demandez pas comment ni même si ça marche, puisque ça a été la seule médecine des chinois pendant près de 3000 ans« .

On notera un certain nombre d’inexactitudes dans les textes : origines de l’acupuncture, utilisation en Europe, reconnaissance quasi-universelle… 3Pour plus de détails sur les débats concernant l’acupuncture et son statut, on consultera :  Simon Singh et Edzard Ernst – « Trick or treatment : alternative medicine on trial »

Ce qui est problématique avec l’appel à la tradition et l’acupuncture (ou autre médecine alternative), c’est que l’on peut rapidement arriver à gober des développements comme cela :

Le classique et souvent d’usage « peut aider à » fréquemment utilisé par les praticiens un tant soit peu honnêtes devient « est indispensable » risquant de faire se détourner les malades de leurs traitements médicaux pour ne plus avoir recours qu’à une médecine non-conventionnelle qui peut éventuellement compléter le traitement mais non le suppléer.

L’argument de la nouveauté (Argumentum ad novitatem) et la cryopolyse

À l’opposé du précédent, l’argument de la nouveauté consiste à prétendre qu’une proposition a une validité supérieure parce qu’elle est nouvelle et « moderne » alors que les preuves de sa supériorité n’ont pas été établies . Il fonctionne sur le raisonnement que si c’est nouveau, c’est bien parce que (tous) les défauts de ce qui a été fait précédemment auront été supprimés pour rendre la méthode la plus optimale possible.

Ainsi les « nouvelles » formules de produits alimentaires ou cosmétiques par exemple seront perçues comme plus efficaces et jouiront de davantage d’effet « Whaou » que les anciennes formules même si leur (plus grande) efficacité n’est pas prouvée.

Cet argument de nouveauté est assez présent dans les domaine du personnal training ou de la minceur où l’on espère que la technologie ou les découvertes récentes vont rendre nos efforts encore plus payants.

Je me suis intéressée au discours des instituts qui proposent de la cryopolyse, une méthode d’amincissement par le froid.

L’idée ? Proposer un traitement « révolutionnaire » qui fait table rase du passé (adieu la liposuccion !).

Les mots clés ? « Innovante« , « novatrice« , « dernière génération« , « technique novatrice« … et tout le champ lexical de la technologie et de l’innovation.

C’est nouveau et ça vient remplacer les anciennes techniques (forcément moins efficaces), comment résister ? Ah si, en regardant les prix, en s’interrogeant sur les effets secondaires4https://www.youtube.com/watch?v=8cYG8nQFF8M ou en cherchant des preuves scientifiques de l’efficacité de la méthode.

Tout compte fait, on préférera peut-être un petit régime (pour perdre du poids) associé à du sport (pour tonifier tout ça..)

L’argument d’autorité

Typiquement, on tombe dans l’argument d’autorité lorsque l’on tient pour vraie la position d’une personne sur un sujet dès lors que cette personne est supposée être spécialiste dans un domaine parce qu’elle a le titre de docteur, chercheur, « expert »…  Mais être spécialiste dans un domaine ne signifie pas être spécialiste dans tous les domaines 5Plus de détails : http://menace-theoriste.fr/largument-dautorite/

L’argument d’autorité peut-être aussi visuel et consister simplement en le port d’une blouse blanche qui assure une légitimité scientifique.

Dans les médias et notamment sur les sites web de pratiques non-conventionnelles, on aura souvent affaire à une variation: l’appel à l’autorité anonyme, ou appel à l’autorité non-identifiée6Voir point 6 http://www.charlatans.info/autorite.shtml. C’est typiquement le « des études montrent« , le « des experts disent« , « d’après une étude7http://www.slate.fr/story/140957/etude-imparable-argument-autorite« , « scientifiquement prouvé » ou même le « vu à la télé« .

Dans le même registre, on trouve l’Argumentum ad populu ou l’appel à la popularité qui revient à présenter les choses sous la forme : si beaucoup de gens le disent, c’est que c’est vrai/efficace. 

Et de tous ces arguments fallacieux, les sites de méthodes et de produits de régimes n’en manquent pas (en général, ça pique un peu les yeux)

 

 

L’étude à laquelle il est fait référence ici comporte 20 (!!!) patients
8https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27754807
Attention, c’est du sérieux, ils portent … UNE BLOUSE BLANCHE !

Alors, vous me direz : « mais il y a des études qui sont valides quand même…  » oui, quand elles sont menée correctement et que l’on trouve les sources… ou « mais les experts ne disent pas que de la m* » : effectivement, dès lors qu’ils sont nommés et sont compétents dans leur domaine.

Le sophisme du pragmatique et l’homéopathie

Le sophisme du pragmatisme, c’est lorsque l’on prétend que quelque chose est vrai ou est efficace parce que ça « marche ».

« Ce que « marcher » signifie ici n’est pas clair. Au minimum, cela signifie qu’on perçoit un bénéfice concret à croire que cela est vrai, malgré le fait que l’utilité d’une croyance soit indépendant de sa véracité. À ce niveau, « marcher » paraît signifier « J’en suis satisfait, » ce qui veut peut-être dire « Je me sens mieux » ou « Ça m’explique des choses. » Au mieux, « marcher » signifie « a des effets bénéfiques » même si les preuves sont très minces pour établir la causalité. »9tiré de Monvoisin, Pour une didactique de l’esprit critique, 2007, 4.3.5.3 p.261

On trouve une bel exemple sur le site du laboratoire Boiron qui produit et commercialise des « médicaments » homéopathiques.

« Whatever works » donc…

Au moins Boiron a le mérite de ne pas faire un long discours sur la mémoire de l’eau très largement décriée10http://www.charlatans.info/memoiredeleau.shtml . Mais quant à une explication du comment, on pourra toujours chercher…

Donc, ça marche chez les patients mais on oublie les à-côté : le fait qu’ils cherchaient à guérir d’un rhume qui naturellement se soigne tout seul, qu’ils se reposent davantage ou qu’ils adoptent une meilleure hygiène de vie, qu’ils aient recours à d’autres types de médicaments ou de soins et tout ce qui a trait à l’effet placebo11https://sciencepop.fr/2017/09/19/effet-placebo/.

On le voit, le lien de causalité entre la prise de granules et la guérison est bien mince… Mais si « ça marche« …

Un petit bonus tiré d’un site de vente de produits minceur :

Pour conclure

Il y a évidemment des gens de bonne foi parmi ceux qui pratiquent des médecines non-conventionnelles. Ils croient en ce qu’ils font et d’une manière ou d’une autre, ils peuvent être utiles. Mais il y a aussi de véritables charlatans que les arguments fallacieux et les incongruences discursives aident à repérer. La santé et le bien-être sont des business (presque) comme les autres, restons critiques ;)

Passé ce premier aperçu, je pense que cet article aura des suites afin d’aller plus avant dans la réflexion.

3 Comment

  1. Je tombe avec une agréable surprise sur cet article via une promenade sur Hellocoton. Je crois que nous sommes dans la même démarche ! J’ai suivi à Grenoble les cours de zététique de Richard Monvoisin, j’en parle un peu sur mon blog. Il a justement écrit un ouvrage sur les Fleurs de Bach et des articles qu’on peut retrouver en ligne. Dans la blogosphère, c’est un combat de tous les instants… Au plaisir de vous lire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *