Humeurs

Prof de Yoga… ça y est !

Ceux qui suivent mon compte perso sur Facebook sont déjà au courant : ma formation est maintenant terminée et mardi, j’ai passé l’examen pratique qui décidait, après l’examen théorique, de l’obtention de mon diplôme de professeur de Yoga !

20141006110508-Yoga_instructor

Et c’est bon ! Même si le cours que j’ai proposé présentait différentes maladresses, je suis maintenant prof à l’issue d’une formation qui n’a pas été sans embûches.

Car oui, je dois le confesser, cela n’a pas été facile.

J’ai énormément appris et je suis infiniment reconnaissante à Janelle, Amanda et Mathieu de la formation qu’ils nous ont prodiguée durant cette année mais j’ai traversé en même temps une période assez sombre et je me suis souvent retrouvée désemparée, désespérée, avec l’envie de baisser complètement les bras.

Il m’a fallu plus de temps que prévu pour pouvoir terminer et ai du demander des délais pour mener ce teacher training à son terme en faisant les choses « correctement », c’est à dire pour moi avec honnêteté, sincérité et engagement…

Je sais pourtant que j’ai bien fait de ne pas lâcher car j’en ressort grandie,  riche d’un enseignement vaste, embrassant de multiples aspects du Yoga – la pratique, bien sûr, mais aussi l’anatomie, la philosophie, le sanskrit, les mythes hindous, l’ayurveda…

Mais surtout riche d’un programme qui intègre pleinement svādhyāya , l’étude de soi. À mon avis, c’est ce qui lui donne le plus de sens. On apprend véritablement à écouter sa voix intérieure pour trouver … sa voie pour soi et avec les autres. Ce n’est pas un hasard s’il s’appelle « Evolution Freedom and Voice« …

11045313_10152828235248790_1099173402052665161_o

J’ai conscience que je me suis inscrite à ce training parce que j’avais besoin d’un but à un moment de ma vie où je me sentais un peu paumée et où j’avais pas mal de trucs à résoudre sur le plan personnel et professionnel – comme quoi parfois le mal-être peut engendrer des choses bénéfiques. Et il a continué de constituer une sorte de fil conducteur dans une année assez chaotique en me fournissant un socle et un objectif fort auquel me tenir.

Alors bien sûr, ma participation a souvent pâti des hauts et des bas que j’ai rencontrés et je ne me suis pas toujours engagée autant que je l’aurais du et ai du prendre certaines distances pour me sentir plus en phase avec moi-même.

Aujourd’hui, je me sens comme après avoir passé une étape importante de ma vie (qui a beaucoup évolué sous d’autres aspects en parallèle) et si c’est une fin, c’est aussi un nouveau départ.

Évidemment, je ne vais pas tout lâcher pour me consacrer au Yoga – quand bien même ce serait possible, j’aime mon job et n’en ai pas la moindre envie.

Et puis, je sens que j’ai encore beaucoup à apprendre pour être la prof que j’ai envie d’être.

Alors, les prochaines étapes ? Prendre du temps ! Profiter de l’enthousiasme (et de la bienveillance) de certains de mes amis pour « me faire la main » et leur proposer des cours de temps en temps, continuer de pratiquer avec assiduité mais sans me mettre la pression, d’apprendre auprès de professeurs que j’estime et de lire.

Je ne veux plus que ma vie soit uniquement centrée autour du Yoga comme je l’ai dit ici mais il en est partie intégrante et un moyen de m’équilibrer que j’ai envie de partager.

À suivre !

5 Comment

  1. Bonjour Laure,
    Tout d’abord bravo ! Je sais à quel point c’est quelque chose d’important dans la vie de devenir professeur de yoga, même si pour ma part, après 5 ans, je n’y crois toujours pas trop….
    Pour revenir à ton article ‘et moi et moi… », je partage le fait que je ne me sens pas forcément appartenir à une communauté du yoga puisque c’est avant tout un chemin spirituel personnel.
    Mais j’ai modestement aidé l’Ambassade de l’Inde à l’organisation de la première journée internationale du yoga, à la Villette. Le thème était « harmonie et paix ». Et pour ma part, j’y ai participé comme je participe à une manifestation, c’est-à-dire que nous étions tous rassemblés là pour faire avancer la paix et l’harmonie dans le monde. Faire du yoga et le diffuser pour moi est un acte militant. Comme l’a dit l’ambassadeur de l’Inde (en substance) : si tout le monde faisait du yoga et était en paix et en harmonie avec soi-même alors le monde entier serait plus harmonieux et paisible. A mon sens, ce n’était pas une réunion communautariste autour d’une pratique particulière, mais une manifestation pacifique pour la paix.
    De mon côté, lorsque j’organise 108 salutations au soleil pour la journée internationale de la femme, l’initiative est la même (pas le nombre de participants…). Utiliser le yoga comme moyen pacifique mais efficace de changer le monde, en aidant les gens à se relier à ce qu’ils ont de meilleur en eux.
    Quant aux réunions de yogis qui n’ont pas de but militant mais où seul le nombre de participants compte, je n’ai pas d’avis puisque je n’y vais pas non plus.
    Om shanti.
    Nadège

    1. Merci Nadège !
      Tu sais, je connais ton engagement et ta sincérité dès que tu portes un projet ! Je m’excuse de ne pas avoir eu le temps de ne pas avoir donné un écho suffisant à tes initiatives ! Je t’embrasse

  2. Congrats Laura! Je suis ravie pour toi et je te comprends quand tu dis que l’étude de soi est probablement ce que l’on apprend le mieux pendant cette formation! Je clôture ma 2ème année, il m’en reste 2. J’ai déjà tellement appris, c’est dingue. Appris sur moi, avant tout. J’ai beaucoup changé et je suis déjà curieuse de savoir comment je serai dans 2 ans :)
    En tout cas je te souhaite une belle continuation!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *