Le shiatsu pour aller mieux

Entre stress, fatigue et douleurs qui ne trouvent pas de cause médicale, je commençais un peu à perdre patience de cet état de doute et de souffrance somme toute irrationnelle. Une amie bienveillante a eu la bonne idée de m’offrir le livre « Dis moi où tu as mal, je te dirais pourquoi ? » de Michel Odoul, fondateur de l’Institut Français de Shiatsu.

Dès le premier survol, déclic : et si j’allais voir Franck Goeury, avec qui j’avais essayé le QiGong avec beaucoup de plaisir et qui exerce le shiatsu ? À part qu’il s’agit d’une discipline énergétique manuelle qui puise ses racines dans la médecine chinoise ancestrale, à l’instar de l’acupuncture, je ne savais pas grand chose de cette pratique.

Me sentant en totale confiance entre les mains de Franck et connaissant sa bienveillance, je ne me suis pas posée de questions, ni ne lui en ai posé et ai préféré découvrir par moi-même lors d’une séance. Rendez-vous pris une après-midi chez Équilibre Pilates.

Mon soucis du moment ? Une douleur à l’aine et à la hanche pour laquelle ni les échographies ni un IRM des lombaires n’a pu mettre en évidence quoique ce soit, sur laquelle mon kiné et mon ostéo se cassent un peu la tête et qui ne s’apaise pas même si j’observe un repos sportif . Bizarre quoi.. J’en suis venue à me dire que la cause était purement somatique. Et c’est la que le shiatsu, dans son appréhension globale du corps et de l’esprit peuvent, j’en ai l’intuition, m’aider. La médecine allopathique et les pratiques occidentales ont, en effet, souvent du mal à établir une connexion. Sauf à vous regarder comme si vous étiez dingue en vous disant : « Mais tout ça, c’est dans votre tête, ma p’tit dame, je vais vous donner des anxiolytiques ! »

Bref, lorsque j’arrive Franck m’accueille avec un grand sourire dans une petite salle où il n’y a qu’un grand futon. Il m’invite à m’allonger, il m’explique quelques idées et il me dit que mon corps est quelque chose de magnifique, constitué de 100 000 000 000 000 cellules. En quelques mots échangés, il capte assez justement le premier pourquoi « psy » de cette douleur. J’avais pensé à mille choses, mais pas à ça. Et pourtant cette douleur s’est pointée très précisément à une date anniversaire. Et pourtant, cette cause, je la connais et j’y pense assez souvent. Mais je n’estimais pas qu’elle puisse me perturber autant…

La séance se déroule entre manipulations (ou plutôt pressions rythmées le long des méridiens au travers desquels circule), discussion et exercice de méditation guidée. C’est comme si Franck lisait à livre ouvert sur les zones de tension ou de détente de mon corps. C’est assez troublant mais en même temps, j’ai l’agréable sensation d’être comprise. D’autres choses émergent au fur et à mesure. Parfois, mon diaphragme se coince, parfois, au contraire, je respire plus librement. À certains moments, ma douleur diminue pour presque disparaître puis elles ressurgit, je ne sais trop pourquoi.

À la fin, je me sens un peu sonnée et vidée émotionnellement. J’ai pris conscience des sentiments (colère, culpabilité) et des fantômes qui me hantent et me font physiquement souffrir. J’ai aussi quelques pistes pour m’en débarrasser: je vais essayer d’écrire pour moi, coucher cela sur papier (« voir la colère à l’extérieur plutôt que l’avoir à l’intérieur » selon les mots de Franck) . En rentrant à la maison, je suis épuisée et j’ai soif mais je me sens déjà apaisée. Je pense que cette séance est arrivée à point nommée à un moment charnière de ma vie où j’ai besoin de me détacher du poids du passé. Il est évident que je vais continuer.

Merci à Franck pour cette première et pour la suite !