Pratique

Adopter un chat – mode d’emploi

Ceux et celles qui me suivent sur les réseaux sociaux sont déjà au courant. Il y a un peu nouveau dans la famille. Naboo a débarqué chez nous et rejoint Major Tom qui est arrivé il y a un peu plus d’un an. Nous avions adopté Tom via un collègue de mon mari. Pour Naboo nous sommes passés par une association, Les Amis de Mathurins. Pour chacun, un peu d’appréhension au départ mais surtout plein d’émotion et de bonheur.

J’en profite pour vous parler d’adoption d’un chat. Pourquoi ? Comment ?

Les questions à se poser avant d’adopter un chat

C’est une banalité mais un chaton n’est pas une peluche…Ça fait super envie en photo ou en vidéo, mais c’est aussi quelques contraintes et un sacré changement dans la vie de tous les jours. Il est important de se poser quelques questions avant de franchir le pas :

  • Êtes-vous prêts à vous engager pour les 15-20 prochaines années ?
  • Avez-vous le temps ? (De jouer avec lui, de le câliner, de le nourrir, de nettoyer sa litière et ses petits dégâts, de l’emmener chez le véto… )
  • Avez-vous les ressources financières pour subvenir à ses besoins ? (nourriture, litière, panier, jouets mais surtout vétérinaire – visites de contrôle, vaccins, stérilisation, maladies et accidents) La nourriture et la litière sont relativement peu onéreuses mais les visites chez le véto chiffrent assez vite.
  • Avez-vous un plan pour le faire garder quand vous partez en vacances ? Objectivement, si vous partez une semaine en avion, c’est beaucoup moins traumatisant pour lui d’être gardé que de voyager en avion : un proche fiable qui peut venir tous les jours pendant au moins une heure, c’est bien. Un catsitter (compter 15€/jour), c’est super aussi.
  • Êtes-vous allergique ? C’est un gros point à vérifier surtout si vous avez des enfants. À checker auprès d’un allergologue en cas de doute.
  • Votre logement est-il adapté ? Les fenêtres peuvent-elles être bloquées ou pouvez-vous y mettre un grillage ? Beaucoup de chats fuguent et sont victimes d’accidents lorsqu’ils vivent en maison, beaucoup aussi jouent les parachutistes et une chute de 8 étages peut avoir de lourdes conséquences sinon être mortelle.
  • Si vous avez déjà un chat ou un autre animal, s’entend-il avec les chats ? Prenez l’avis de votre vétérinaire, voyez comment il se comporte dans la salle d’attente ou dans le cabinet.
  • Êtes-vous maniaque du rangement/ nettoyage ? Un chat, ça fait des dégâts, ça met des poils partout… Si vous ne supportez pas une miette par terre, ça risque d’être dur à gérer…

Pourquoi adopter plutôt qu’acheter un chat ?

Pour moi adopter un chat plutôt que l’acheter est juste une évidence. Et, cela n’a rien d’une question de prix. J’y vois trois raisons majeures :

  • On sauve une (des) vie(s). Petit rappel rappel législatif : Conformément à l’article L 211 du Code rural, les animaux errants sur la voie publique sont récupérés par la fourrière, sur demande de la commune. Si l’animal est identifié (par puce ou tatouage), son propriétaire est contacté dans les plus brefs délais. Si l’animal n’est pas identifié, son propriétaire dispose de 8 jours francs et ouvrés pour le récupérer. Si à l’issue de ces 8 jours, le propriétaire ne s’est pas manifesté ou n’a pu être retrouvé, la fourrière dispose de 2 solutions : confier l’animal à une association de protection animale (ce qui est privilégié) ou alors l’euthanasie même si l’animal est en bonne santé. Concrètement, quand on adopte auprès d’une association, on libère ainsi une place en famille d’accueil (famille où l’animal est placé temporairement) ou en refuge et on permet l’accueil d’un nouvel animal soit récupéré de la fourrière, soit abandonné par son précédent propriétaire.. Naboo a été récupéré âgé de quelques jours dans un fossé avec son frère. Il a été placé dans une famille d’accueil et mis à l’adoption une fois déclaré viable. Une histoire de ce genre est, en elle-même, un argument. En outre, on offre au chat un vrai foyer car même en famille d’accueil plutôt qu’en refuge, il reste dans un situation un peu précaire où il n’a pas toute l’attention qu’il mérite.
  • On ne contribue pas à la marchandisation des animaux. Vous avez déjà vu les animaux dans les animaleries ? C’est triste à en pleurer. Je trouve presque indécent participer à une telle organisation. Les animaux représentent en effet pour certaines personnes un commerce lucratif avec parfois des dérives désolantes où les conditions d’élevages sont déplorables. Même si vous acheter votre chat dans un élevage « honnête » et respectueux, vous contribuez à entretenir cette industrie qui fait de l’animal un bien de consommation. Pour moi, c’est tout bonnement inacceptable.

Petit truc en plus : vous rencontrez l’animal avant. Quand on adopte, on doit faire une pré-visite qui permet à l’association de vérifier que vous êtes un (futur) bon adoptant. C’est un peu contraignant mais cela vous permet aussi d’être sûr que le feeling passe avec le chat…

Adoption mode d’emploi

Là, je ne vais pas généraliser mais vous raconter notre histoire avec Naboo. Depuis un moment, on avait envie d’une deuxième chat. En rentrant de vacances, nous avons commencé à chercher auprès des associations et des refuges. J’ai téléchargé l’application Adopte-moi (qui est un peu le Tinder des adoptants d’animaux) et fait des recherches sur le net. Nous voulions un chaton parce que nous craignions qu’un chat plus âgé s’intègre mal avec Tom. Je suis tombée sur l’annonce des Amis de Mathurins. Il a fallu en premier lieu répondre à un questionnaire assez détaillé mais non moins important pour nous connaître. Ensuite, on a attendu car nous n’étions pas les seuls et notre candidature a été retenue. Nous avons alors rendu visite à Naboo placé chez Isabelle, sa « maman » d’accueil, à quelques kilomètres de Nemours. Mon mari et moi avons joué avec lui et son frère, j’ai pu le nourrir au biberon – il n’était pas sevré, et nous avons longuement discuté avec Isabelle. L’impression est un peu étrange car on a l’impression de passer un examen oral ! En se quittant, Isabelle nous a dit « c’est ok pour moi, vous pourrez venir le chercher dans 5 semaines ». Entre temps, il a fallu donner nos papiers d’identités et un certificat de domicile à l’association. De son côté, Isabelle, qui prenait grand soin de lui, nous a régulièrement envoyé nouvelles et photos de Naboo et l’a emmené chez le vétérinaire pour ses premières vaccinations. Le jour J, retour chez Isabelle où nous avons signé les papiers pour l’association et remis un chèque de 175€  couvrant les frais d’adoption. Nous avons reçu un certificat provisoire d’identification I-CAD qui sera ensuite faite à notre nom lorsque Naboo aura été stérilisé (c’est une obligation lorsque l’on adopte). Nous avons ensuite repris la route avec Naboo. Pendant tout le chemin, mon mari le caressait à travers sa cage pour le rassurer (trop mignon). On lui parlait… et lui ronronnait déjà.

Arrivés à la maison, nous avons fait les présentation avec Tom. Quelques crachats et ils ont commencé rapidement à jouer. Le lendemain, ils dormaient déjà ensemble et partageaient leur panier…  Pour le coup, nous avons eu beaucoup de chance que ces deux là s’entendent aussi bien mais Naboo a côtoyé plusieurs chats adultes dans sa famille d’accueil et cela a du grandement aider. Depuis, ils ne se lâchent plus et nous veillons à ce que Tom ne se sente pas exclu.

Attention aux arnaques

Vous pouvez être tenté de chercher votre chaton sur des sites comme le Bon Coin. C’est à éviter car c’est la porte ouverte aux arnaques comme en témoigne cet article . Il nous est arrivé la même chose. J’ai répondu à une annonce et j’ai reçu ce mail :

On a trouvé ça franchement suspect et nous n’avons pas donné suite. Je ne sais pas ce qu’il serait advenu mais ça ne sentait pas très bon…

Adopter un chat est en soi une grande aventure … qui en précède une autre :)

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *