35 ans, bordel !

Il y a trois semaines, j’ai fêté mes 35 ans. Ouch. Ça fait tout drôle. On me dit souvent que je fais plus jeune que mon âge mais quand même. Alors globalement, je le vis bien -même si dans ma tête, j’ai 10 ans de moins mais ça m’a fait quand même un petit choc. J’ai encore du mal à ce que l’on parle de moi comme d’une femme et non d’une fille, c’est vous dire… Me dire que j’ai le même âge que Beyoncé me fait tout drôle…

Capture d'écran 2017-06-27 18.47.59

Je ne vais pas vous faire le coup de la pression sociale sur la situation amoureuse ou la maternité. De ce côté, je suis tranquille. Je vis en couple, on va se marier bientôt, personne ne m’ennuie. Question bébé, je n’ai pas honte de dire que l’on essaie et les gens me foutent plutôt la paix, même les deux aspirantes futures mamies !

Si je fais le bilan, il n’y a juste pas à dire : malgré mes soucis de santé dont j’ai longuement parlé ici, je suis franchement mieux dans ma vie aujourd’hui qu’il y a 15, 10 ou 5 ans :

  • Ma vie perso est enfin stable, sans pour autant perdre de la passion. J’ai trouvé mon alter ego, celui avec qui je peux faire des projets, penser à l’avenir sans peur de désillusion. Pas de routine, il sait me surprendre et me faire rire tous les jours. On a réussi à se créer un cocon rien qu’à nous, notre petit univers. Si je partais sur une île déserte, c’est lui que j’emmènerais, évidemment.
  • Émotionnellement, je ne suis pas un modèle d’équilibre. Mais au moins, j’ai appris à reconnaître mes forces et mes faiblesses et à comprendre comment je fonctionne. Oui, je suis une anxieuse, oui, je somatise terriblement. Mais je me perfectionne à gérer tout ça. Et surtout, je n’en ai plus rien à faire de ce que pensent les gens et j’ose davantage m’affirmer.
  • Côté « féminité », j’assume pleinement mon allure d’ado. Fini d’essayer de se déguiser selon les critères stéréotypés. J’ai arrêté les push up, j’ai abandonné l’idée de porter des stillettos ou un tailleur jupe… Je n’aurai jamais la féminité démonstrative ou arrogante. Ce n’est même pas une question de complexes mais davantage une manière d’être. Piercing, tatoos, look gothique, tout cela fait partie de mon ADN et il ne s’agit pas de caprices de gamine.
WctsZqW

Euh, non quand même pas tout à fait ça

  • Question corps, ce n’est pas encore tout à fait ça. J’aimerais vous dire que je vis bien les petits kilos que l’on prend en avançant en âge, mais ce n’est pas vrai. Ce n’est pas vis à vis des autres mais pour moi. Par contre, même si je sollicite beaucoup mon corps avec le sport (petite moyenne de 8 à 10h/semaine), j’ai appris à m’écouter davantage et à faire des pauses si le besoin s’en fait sentir. Qui eût cru, il y a quelques années, que je deviendrai fan de Yin Yoga ?  De toute façon, sans vouloir jouer les vieilles, mon corps me rappelle à l’ordre. Clairement, se coucher après minuit en semaine, ce n’est plus possible, idem pour s’entraîner 7 fois par semaine comme je le faisais il y a quelques années… Je sors moins, mais en même temps, j’ai moins envie de sortir. Elle est loin la Laure qui chroniquait des concerts et était dehors tous les soirs, boulot le lendemain ou pas.
  • Ma vie pro est, elle aussi, stable. Je m’épanouis dans mon job, je sais qu’être freelance est ce qu’il me faut, pour la liberté, l’absence d’horaires… Je gère mon planning à peu près comme je l’entends et j’en suis d’autant plus efficace. Il y a 5 ans, je rêvais d’une reconversion. Aujourd’hui, même si j’y pense parfois, je me dis que je suis plutôt bonne dans ce que je fais et que le mieux que j’ai à faire, c’est de continuer à apprendre mais dans mon secteur d’activité pour ajouter des cordes à mon arc.
  • J’ai appris à dire « non ». Je ne me force plus juste pour faire plaisir ou pour me plier aux conventions et sans me sentir coupable si je ne me justifie pas. Cette forme d’égoïsme me semble être plutôt une force plutôt qu’un défaut et sans doute un certain gage de maturité.

Alors, même s’il m’arrive de me sentir nostalgique de mes années de fac, de celles de jeune adulte insouciante et d’avoir peur du temps qui passe, le bilan, au final, est plutôt positif. J’ai beau ne pas être au top physiquement en ce moment, ces 35 ans, je les aime bien. Je ne ressemble pas du tout à ce que je pensais être à cet âge quand j’étais ado mais c’est plutôt pas mal, non ?

Prochains chantiers : apprendre à mieux gérer mon anxiété et à arrêter de lutter contre mon corps… À suivre ;)

Et vous, comment vivez-vous le fait de vieillir ?

17521249